Et si je meurs demain?

Awa Diagne Blog 0 Comments

Je vous ai habitué à me lire sur des sujets amusants & légers. J’aime que mes articles soient divertissants & vous donnent un petit sourire. Aujourd’hui, j’ai envie de laisser le fond de mes tripes vous écrire. Je vous préviens, cet article n’aura rien à voir avec mon ton habituel & ça pourrait même vous brasser un peu. Je vais m’ouvrir à vous à 100%. Ça n’arrivera pas souvent, mais aujourd’hui j’ai envie de me lancer!

 

L’automne est commencé depuis quelques semaines seulement et déjà le  paysage a changé du tout au tout. Les arbres se sont faits une beauté dans des teintes époustouflantes. Dans quelques jours déjà, les feuilles seront tombées &  il ne nous restera que des arbres dénudés à regarder. L’automne, c’est aussi pour plusieurs le début de l’école, du travail, de la routine, des temps froids & par le fait même une période sombre où la motivation se fait moins présente. On approche à grands pas de cette période de l’année où plusieurs vivent un down dans leur vie. À chaque année c’est pareil! Les temps changent & se ressemblent. J’ai réfléchi là-dessus. Qu’est-ce qui fait qu’on est heureux ou malheureux? Qu’est-ce qui explique que le bonheur peut varier aussi rapidement? J’ai décidé que moi, cette année, je passerais cette période différemment. J’ai décidé qu’au lieu de me morfondre en boule dans mes doudous avec nostalgie des merveilleux moments de cet été, j’allais travailler pour mon bonheur. Parce qu’après de longues réflexions & de longues conversations, j’ai compris que le bonheur  il faut le bâtir. J’ai compris que les fondations se trouvent là en chacun de nous & que nous avons tous les outils pour bâtir le plus beau des bonheurs. J’ai compris que la seule chose qui fait qu’on est heureux ou malheureux, c’est nous! On sait tous que la vie ne tient qu’à un fil, mais combien d’entre nous y pensent réellement tous les jours? J’ai décidé de vivre avec en tête la phrase « Et si je meurs demain? ». Parce que si je meurs demain, je veux être heureuse, je veux avoir vécu un tas de choses tripantes, je veux avoir réalisé des rêves. Je veux prendre toutes mes décisions de vie en me demandant « Et si je meurs demain? » parce qu’au fond, c’est tout ce qui compte! À quoi sert notre passage sur Terre si c’est pour le passer à être malheureux? Bon ok, c’est facile à dire. Je me questionne maintenant sur comment le réaliser et je pense bien avoir trouvé quelques clés. Ce ne sont bien sûr pas des solutions miracles, car le bonheur c’est un travail constant.

 

Poser des actions pour son bonheur

C’est la base, mais c’est aussi une étape très difficile. On doit se lever, on doit agir. Cela peut demander beaucoup d’effort & surtout de travail mental, mais rien n’arrivera sans actions. Personne ne vous donnera la vie dont vous rêvez sans effort. C’est à vous de la bâtir. Le bonheur n’est pas pour les lâches. Il est pour les personnes prêtes à se battre pour celui-ci toute une vie. La vie que vous menez ne vous rend pas heureux? Alors changez là! C’est si facile de se donner 1001 excuses pour ne pas faire cet effort. « Ah, avec les enfants je ne peux pas. L’école m’en empêche. Cet emploi me donne une sécurité que je ne peux pas perdre. Je n’ai pas le temps. » Ce sont toutes des phrases qui nous séparent de notre bonheur & c’est faux. Ce qui est difficile n’est pas forcément impossible. En fait, très peu de choses sont réellement impossibles. Est-ce que cela sera facile? Oh que non. Possible, pas facile. C’est tellement plus simple & moins demandant de se contenter de la vie qu’on a et de dire « C’est la vie! ». Mais non, c’est la vie… que nous avons choisie de vivre. Certes, chaque personne aura des obstacles incontrôlables dans sa vie. Par contre, la manière dont nous affronterons ces obstacles sera ce qui nous différenciera. Être une victime de la vie, c’est un choix personnel.

 

Faire un ménage dans son entourage

Bâtir son bonheur paraîtra beaucoup plus simple avec les bonnes personnes dans sa vie. Prendre le temps d’analyser mes fréquentations aura été un exercice décisif pour moi. En faisant cette expérience, on remarque qu’il y a beaucoup de personnes toxiques dans notre vie. Ces personnes nous retiennent vers le bas & nous empêchent de nous envoler. Le fait que certaines personnes ne sont pas faites pour nous & nous nuisent peut être difficile à accepter, mais en voyant tous les bienfaits que cela apporte, vous vous remercierez. Rester motivé dans sa quête du bonheur est déjà assez demandant en soi, vous n’avez pas besoin d’un boulet à la cheville en plus. Au contraire, s’entourer de personnes motivantes, de personnes qui partagent la même quête que vous est inestimable. Ce qui me motive à continuer, c’est de regarder des gens inspirants, des gens dont la pensée vient me chercher. Il faut simplement apprendre à s’attacher à ces gens plutôt qu’à ces personnes toxiques. Des gens qui ne croiront pas en vous, il y en aura beaucoup, mais des gens qui seront derrière vous pour vous encourager aussi il y en aura. À vous de décider de qui sera composée votre équipe.

 

Rêver sans limite

On dit que l’espoir fait vivre. N’oubliez jamais de rêver. Rêvez aussi grand que vous le voulez. Nos rêves sont notre carburant. Je suis de l’école de pensée où la phrase « Si tu peux le rêver tu peux le faire. » est très importante. On m’a déjà dit que je vivais dans un monde rose. Je ne crois pas. Je crois vivre dans un monde où avec une motivation plus solide que le roc: « Sky is the limit« . L’être humain est surprenant & tout ce qu’il peut accomplir aussi. Le danger à rêver grand, c’est que c’est effrayant! Vous aurez envie d’abandonner 1 000 000 de fois. La différence entre ceux qui réussiront ou non, elle est là. Donnez-vous de petits objectifs et soyez fiers de chacun de ceux-ci que vous atteindrez. Dites-vous que chaque pas, aussi petit soit-il vous rapproche de votre rêve. Que vous l’atteignez en courant ou en rampant n’est pas important.

 

 

L’être humain a une forte tendance à voir le négatif beaucoup plus que le positif. Je pense qu’une principale clé du bonheur, c’est aussi de prendre conscience de tout le positif de notre vie, de la chance qu’on a d’être en vie. Personne n’a le même parcours de vie & il n’y a malheureusement pas encore de solution universelle au bonheur. Je n’ai pas la prétention de penser avoir cette solution & je n’ai encore moins la prétention de penser que je n’ai plus de travail à faire. Par contre, je peux dire que je suis heureuse & je compte bien travailler pour l’être pour le restant de ma vie. La vie est trop courte pour être malheureux. J’espère du plus profond de mon cœur que ce texte pourra motiver ne serait-ce qu’une personne à profiter de la vie davantage. Après tout… Et si tu meurs demain?

 

 

 

Suivez-moi sur les réseaux sociaux pour ne rien manquer de tous mes délires!
Sur instagram
Sur facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *